Restauration scolaire : l’égalité et la réussite au menu!

JB22Je me suis rendue ce matin au lycée Jacques Brel à La Courneuve pour rencontrer les équipes, les élèves et les personnels et visiter le chantier de rénovation de la demi-pension qui a été lancé cet été et qui représente un investissement public de 3,6 millions d’euros.

 

Ce lycée comme tous les lycées de Seine-Saint-Denis et du Val-d’Oise applique depuis la rentrée 2014 la tarification unique au quotient familial, c’est-à-dire le même tarif dans tous les lycées d’Ile-de-France avec la prise en compte des revenus des familles dans le prix payé pour le repas avec 10 tranches de 1,5 euro à 4 euros. Cette tarification sociale est l’élément central de la réforme du service public de la restauration scolaire que j’ai portée auprès de la majorité régionale avec le soutien du groupe Front de gauche et qui a été votée en mars 2014.JB14

Au lycée Jacques Brel, grâce à cette tarification sociale, près de 90% des demi-pensionnaires payent le repas moins cher qu’avant sa mise en œuvre.

La nouvelle demi-pension sera ouverte à la rentrée 2016 et permettra de travailler à un autre axe important de cette réforme : l’amélioration de la qualité des repas, de la convivialité, l’éducation à la santé, au goût et à lutte contre le Gaspillage.

La mise en œuvre de la tarification au quotient familial se fait progressivement au rythme de 2 départements par an.

A cette rentrée 2015, c’est au tour des lycées du Val de Marne et de la Seine et Marne d’appliquer cette réforme.

LW3Je me suis donc rendue, après La Courneuve, aux lycées Langevin-Wallon et Louise Michel de Champigny-sur-Marne pour déjeuner avec les personnels et les jeunes au restaurant scolaire. Là aussi plus de 90% des familles sont bénéficiaires avec la nouvelle tarification.

Aujourd’hui, de plus en plus de mairies dirigées par la droite augmentent les tarifs des cantines. La Région Ile de France, a fait un autre choix. Nous avons affirmé le droit pour tous les jeunes de manger au restaurant scolaire quelle que soit leur situation ou celle de leur famille. C’est en enjeu d’égalité et de justice sociale. C’est un choix politique qui se traduit par un investissement public important : plus de 18 millions d’euros cette année pour les lycées des 4 départements concernés ; 36 Millions d’euros par an quand les 8 départements appliqueront la réforme.

La demi-pension qui se trouve au lycée Langevin Wallon est commune aux deux lycées. Elle a été entièrement rénovée en 2013 pour 8,8 millions d’euros et accueille chaque jour plus de 1200 élèves.

J’ai été très heureuse de voir combien les deux proviseures et leurs équipes utilisent ce beau bâtiment et ces équipements modernes pour en faire, avec professionnalisme et dynamisme, l’outil d’une restauration scolaire de grande qualité.

Ce moment joyeux de partage avec le chef LW8de cuisine – que j’ai remercié chaleureusement pour son travail –, les agents, les jeunes des Conseils de la Vie lycéenne, les directions de ces deux lycées a confortée ma conviction que le temps et le lieu du déjeuner, la restauration scolaire sont bien un sujet majeur. Le temps de midi doit être un moment de pause, de coupure, de détente qui joue un rôle important pour les conditions d’études, de réussite des lycéen-ne-s. Il faut lui donner toute sa place dans la vie du lycée.

Je l’ai entendu de la part des jeunes dans la consultation que j’ai menée auprès des lycéen-ne-s au printemps 2015. Elles et ils m’ont dit aussi leur désir d’améliorer la qualité de la restauration scolaire concernant l’accueil et la convivialité, le respect du temps consacré à la pause méridienne, la diversité et la qualité des repas, la communication et les relations avec les lycéen-ne-s.

C’est tout l’objet de la réforme du service public de la restauration scolaire.

Je sais que nous ne pourrons durablement améliorer la demi-pension qu’avec un engagement collectif des équipes de direction, des agents, des enseignant-e-s, des jeunes eux-mêmes.

Aux lycées Langevin Wallon et Louise Michel, cet engagement existe !

Dans ces trois lycées, comme à chacune de mes rencontres avec les lycéen-ne-s  partout en Ile-de-France, j’ai été frappée par leur ambition et je veux saluer l’investissement des équipes éducatives à leur côté, pour développer des projets, accompagner leur réussite.

Je leur ai dit mon engagement pour être à la hauteur de leur ambition et mon bonheur de voir que dans ces lycées de nos villes populaires, les résultats sont au rendez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *