La question de l’égalité est essentielle

Entretien avec le café pédagogique du 16 janvier 2015.

 » Comment arriver à convaincre les jeunes que la laïcité leur donne plus de protection et de droits ? Il faut d’abord que la société respecte ces principes pour de vrai. » Vice présidente de la région Ile-de-France en charge des lycées, Henriette Zoughebi représente l’Association des régions de France dans la consultation lancée par N Vallaud-Belkacem. Elle lui propose deux décisions : utiliser les CVL pour lancer le dialogue entre jeunes et supprimer la filière spéciale post bac imaginée par le ministère pour les bacheliers professionnels.

Enseigner la laïcité c’est transmettre un enseignement de la morale ou agir concrètement ?

C’est un enseignement car il faut faire comprendre ce principe, comment la laïcité protège chaque jeune. Il faut revaloriser la liberté de pensée. Il faut redire que notre ciment c’est la raison. Ce n’est pas la croyance. Ensuite il y a la façon de la faire vivre.

Aujourd’hui il y a d’énormes inégalités dans l’École. C’est un élément de la question de l’enseignement des valeurs républicaines ?

La question de l’égalité est essentielle. Les jeunes vivent de façon très forte l’injustice. Leur premier droit c’est réussir leur formation. Il ne faut laisser personne au bord du chemin. La loi donne aux régions des responsabilités en matière d’orientation. A l’Association des régions de France (ARF) nous pensons que l’orientation doit prendre en compte pour de vrai les choix des jeunes et en finir avec l’orientation subie.

L’égalité est fondamentales et il faut aller plus loin. Quel est l’intérêt de supprimer des zones d’éducation prioritaire ? On fait de petites économies et on casse des équipes alors que leur stabilité est très importante.

La démocratie lycéenne est aussi importante parce que les jeunes doivent être co acteurs de leur réussite. Il faut changer le regard porté sur les jeunes. Ils ont besoin de confiance, de dignité. Il faut les accompagner. J’ai appelé des proviseurs de lycées où il y a eu des incidents. Ils m’ont dit qu’ils ont pris ces jeunes dans leur bureau pour dialoguer. C’est la bonne voie. Comment arriver à convaincre les jeunes que la laïcité leur donne plus de protection et de droits ? Il faut d’abord que la société respecte ces principes pour de vrai. S’il n’y a pas de vrais changements sur ce point, le sentiment de rejet sera beaucoup plus violent.

On a vécu une grande manifestation d’unité nationale. On a l’impression qu’on bascule vers la question de l’intégration et vers la division et le rejet. Qu’en pensez vous ?

C’est un des dangers. Précédemment le déni des problèmes n’était pas bon non plus. Le danger aujourd’hui c’est l’exclusion et le manque de repères des jeunes. Il faut ouvrir ce débat.

Si vous deviez recommander deux décisions à la ministre de l’éducation nationale, quelles seraient elles ?

 Si je parle au niveau du lycée ce serait donner aux Conseils de la vie lycéenne (CVL) le signal qu’ils peuvent organiser le dialogue entre les jeunes. On attend aussi des mesures fortes sur le décrochage, par exemple l’ouverture de passerelles entre formations. A titre personnel je de mande à la ministre de renoncer au diplôme particulier aux bacheliers professionnels qu’elle projette pour le postbac. Il faut donner aux jeunes des milieux populaires la possibilité de rattraper leur niveau. Il faut supprimer ce projet et faire l’inverse.

Propos recueillis par François Jarraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *